Les contestataires rentrent dans le rang. Ces employés du Central Electricity Board utiliseront le système de carte magnétique pour enregistrer le début et la fin de leur service. Le litige autour de ce système est toutefois loin d’être terminé.

Le point de discorde ne porte pas uniquement sur les données biométriques, fait comprendre Ivor Tan Yan. Ce système de prise de présence n’est pas compatible avec les conditions de travail de ces employés, poursuit le négociateur pour le Union of Employees Central Electricity Board. Ils ont d’ailleurs juré des affidavits, ce mercredi 13 septembre, à ce sujet.

La direction du CEB s’est engagée, indique Tan Yan, à enquêter sur les points avancés par les employés. Affaire à suivre.