Il a peu goûté les propos de Navin Ramgoolam à son encontre. Et Mahen Gowressoo le fait savoir. Le leader du Parti travailliste a affirmé, hier, que la fonderie de son ancien ministre, a bénéficié de son rapprochement avec le MSM. Et que Samlo Koyenco Steel Co. Ltd jouit d’un monopole sur le marché de la vieille ferraille.

Faux, rétorque le directeur d’entreprise. Qui soutient : «Je ne suis pas un protégé du gouvernement.» Quatre fonderies, dit-il, sont opérationnelles dans ce secteur. Et ce depuis que le Cabinet ministériel avait avalisé l’interdiction d’exporter la vieille ferraille. Celle-ci a pris effet en juillet 2016.

Navin Ramgoolam est mal renseigné sur ce sujet, déclare Gowressoo. Mais aussi sur le contrat obtenu par Samlo auprès du ministère de la Santé pour la fourniture de gaz médicaux.

A noter que dans ce cas précis, le contrat avait été alloué sous un Certificate of Public Interest émis par le ministère, et malgré les contestations des deux autres soumissionnaires. Ces derniers avaient saisi l’Independent Review Panel qui avait noté que le ministère avait été «irresponsable et imprudent» en octroyant ce contrat pour des produits «indispensables et d’une importance vitale» à Samlo.

Photo : archives