La police est en train de bafouer les droits d’Anil Bachoo, allèguent ses avocats. Comment ? En refusant de lui notifier les charges retenues contre lui, avance l’homme de loi Raj Pentiah. En faisant traîner l’interrogatoire, poursuit-il, ce qui retarde l’échéance pour que l’ex-ministre des Infrastructures publiques soit présenté devant une cour de justice. Et cela dans un seul but, soutient Pentiah : qu’Anil Bachoo passe la nuit en cellule.

L’équipe légale du prévenu a écrit au Commissaire de police. Et s’est également tourné vers la Cour suprême. Yatin Varma s’y est, en effet, rendu dans le courant de l’après-midi pour tenter d’obtenir un habeas corpus pour son client.

Anil Bachoo a été arrêté dans le cadre de l’enquête ouverte sur l’allocation de contrats par la National Development Unit sans passer par des exercices d’appels d’offres.

Photo : Raj Pentiah et Akil Bissessur font partie du panel d’avocats d’Anil Bachoo.