La Financial Services Commission compte introduire des «insolvency sub-funds». Ce mécanisme est censé protéger les Mauriciens en cas de faillite d’une compagnie d’assurance, à l’instar de BAI Assurance en 2015. L’Insurers’ Association of Mauritius y est «favorable» mais estime que cette réforme intervient «trop tôt».

La question des «insolvency sub-funds» vient remettre sur le tapis la question de la solvabilité des compagnies d’assurances, explique Bertrand Casteres. Qui devrait être transparente pour toutes.

Si des efforts sont faits au niveau du privé, le bilan annuel de la National Insurance Company n’est pas connu. La compagnie d’Etat qui a remplacé la BA Insurance il y a près de quatre ans en était exemptée durant sa première année d’existence. Mais elle n’a pas publié ses bilans financiers depuis, indique le président de l’Insurers’ Association of Mauritius. Qui estime que le ratio de solvabilité de chaque compagnie devrait être affiché.

Autre facteur à considérer, ajoute Bertrand Casteres, et non des moindres : la réforme du système comptable selon les normes IFRS 7, qui touchera le secteur des assurances.