Il est l’un des avocats sur lesquels le rapport Lam Shang Leen recommande l’ouverture d’une enquête. Anupam Kandhai se défend toutefois vigoureusement d’avoir commis quelque manquement. Comme la partie qui lui est consacrée le laisserait penser [voir plus bas].

Kandhai, actuellement à l’étranger, insiste : il n’a jamais réglé d’amende pour le compte de Jackson Kamasho, Kenyan arrêté pour trafic de drogue. Le récépissé comprend d’ailleurs le nom d’une autre personne, maintient l’homme de loi. Pour ce qui est de la somme de Rs 300 000 dont la provenance «demeure inexpliquée», selon la commission d’enquête sur les drogues, Kandhai affirme qu’elle fait partie des versements suivant la vente de sa voiture.

Pour ce qui est des autres biens, notamment immobiliers, les achats ont été effectués à travers des emprunts bancaires, soutient l’avocat.

Tout comme Roubina Jadoo-Jaunbocus, Anupam Kandhai compte faire une demande de révision judiciaire.

Sanjeev Teeluckdharry, qui envisageait d’initier la même action, a finalement laissé tomber.

Kandhai avait été mis en cause devant la commission d’enquête, par son ancien client Sanjeev Nunkoo.

Extraits du Rapport Lam Shang Leen (commission d’enquête sur les drogues) by ION News on Scribd