Les négociations sur les salaires et conditions de travail chez Air Mauritius interviennent avec trois ans de retard, précise d’emblée Jack Bizlall. Or, la compagnie envisage de ne pas payer d’arriérés, fait ressortir le syndicaliste.

L’Intersyndicale, qui réunit trois syndicats, a proposé une augmentation de salaires de 12% à 15%, explique Bizlall. Selon le même mode qu’en 2011. Des arriérés sont dus pour la période allant d’avril 2015 à avril 2018, précise notre interlocuteur.

La contre-proposition de la direction ? 10% de hausse de salaires, à compter de mars 2018. Ce qu’une assemblée des délégués a rejeté le 4 mai. Elle s’est toutefois prononcée en faveur d’une grève si les négociations bloquent et qu’aucun accord n’est trouvé.

Bizlall espère que la situation n’en arrivera pas là.

Le comité de direction de la compagnie d’aviation nationale est censé se réunir aujourd’hui 7 mai.