Le président de la Fédération des travailleurs unis (FTU) considère qu’il n’y a pas de plan de carrière pour les Mauriciens au sein du secteur hôtelier. Atma Shanto déplore que certains postes soient réservés à des expatriés. Il souligne que la contribution des travailleurs est «énorme», mais que de hauts cadres dans ce secteur sont des étrangers et jouissent de salaires «princiers».

Il réclame également que des employés d’hôtels soient rémunérés durant les rénovations de ces établissements. Au lieu d’être, comme c’est le cas actuellement, au chômage technique et, par conséquent, sans salaire. Il réagissait aux propos du ministre du Tourisme, Anil Gayan, au sujet des travailleurs d’hôtels durant la basse saison.

Le négociateur pointe aussi du doigt le traitement de salariés mauriciens par certains hauts cadres étrangers. Diverses pétitions et lettres au défunt Board of Investment (qui a fusionné avec d’autres organismes pour former l’Economic Development Board) et au ministère du Travail sont restées sans réponse, déplore Atma Shanto.