Les arrivées en provenance de l’île sœur remontent. Après une baisse notée durant ces derniers mois, la tendance s’est inversée au mois d’octobre avec une hausse de 5,1% comparé au même mois l’an dernier. Même si globalement, un résultat négatif de 4,8% est notable pour les dix premiers mois de l’année en comparaison avec les chiffres de 2017, le ministre du Tourisme, Anil Gayan, est confiant qu’ils vont s’améliorer d’ici la fin de l’année.

Le ministre explique la bonne performance du mois dernier aux initiatives conjointes d’Air Mauritius et de le la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA), notamment une baisse du billet d’avion et l’opération «Maurice sans passeport». Il annonce un plan similaire en janvier afin d’attirer davantage de Réunionnais qui ont eu davantage tendance à favoriser des voyages en France ces derniers temps avec le dispositif dit Continuité Territorial mis en place par la Région Réunion.

Ce dispositif permet aux Réunionnais de bénéficier d’une prise en charge d’une partie du coût de leur billet d’avion à destination de la France. Ils bénéficient de 300 euros (Rs 12 000 : Ndlr) pour un vol vers la France et n’ont qu’à débourser 50 euros (Rs 2 000 : Nldr), soit un tarif moindre que celui pratiqué vers l’île Maurice, avait alors déclaré Anil Gayan.

En juillet dernier, une délégation s’était rendue à l’île sœur, car les arrivées pour les six premiers mois de l’année accusaient une baisse de 9,1% comparativement aux chiffres de l’année dernière. Anil Gayan, le nouveau directeur de l’Office du Tourisme, Arvin Bundhun, et un représentant d’Air Mauritius, Donald Payen, avaient eu une réunion de travail avec le président de la Région Réunion, Didier Robert et le préfet Amaury de Saint-Quentin.

Les Mauriciens avaient mis en exergue un déficit de 6 300 passagers entre janvier et mai 2018 alors que le trafic depuis l’aéroport de Pierrefonds a triplé. Anil Gayan avait également attribué cette baisse par l’arrivée des compagnies «low cost» à La Réunion, notamment French Bee. En ce qu’il s’agit des arrivées de la Chine toujours en berne (-15,9%) malgré les gros moyens consentis par l’hôtel du gouvernement, Anil Gayan explique que des «brainstorming» auront bientôt lieu.