Tandis que ses affaires reprennent leur envol à Maurice, elles piquent du nez à La Réunion. Classé par le magazine Challenges parmi les 500 plus grandes fortunes de France, l’homme d’affaires réunionnais Armand Apavou a vu la liquidation judiciaire de huit de ses sociétés à l’île sœur jeudi. Elles seront donc revendues aux plus offrants, indique Le Quotidien de La Réunion dans son édition de ce matin.

La cour d’appel de Saint-Denis a rejeté l’appel du groupe Apavou quant à liquidation de ces sociétés. Celles-ci sont Alia, Batipro, Batipro Développement, Arthea, Vulcain, Services Apavou, Batipro développement et Société de gestion de l’hôtel du Cap. Le groupe toutefois pas fait appel contre la liquidation de l’hôtel Le Saint-Denis en mars dernier. La cour d’appel, souligne Le Quotidien de La Réunion, met à l’index les déficits du holding d’Alia, le seul pour lequel le groupe Apavou s’est accroché jusqu’au bout.

« Depuis plus de cinquante années de travail acharné, j’ai construit au total plus de 25 000 logements pour toutes les catégories sociales de la population réunionnaise, des hôtels et des parcs d’activité créateurs d’emplois, y explique le chef d’entreprise. Mon équipe et moi sommes surpris et déçus de la décision de la cour d’appel de ce jour compte tenu des actifs du groupe qui s’élèvent à plus de 400 millions d’euros pour un passif de 160 millions, » a indiqué Armand Apavou dans un communiqué. Tout en ajoutant qu’il ira en cassation.

Il y a quatre ans, le groupe avait traversé une mauvaise passe à Maurice. Armand Apavou a «perdu» quatre de ses hôtels totalisant 700 chambres à cause d’une dette de Rs 500 millions auprès de trois banques locales. La Plantation a échoué dans l’escarcelle d’Attitude Resorts alors que l’Indian Resort, Le Mornéa et Le Moréva ont été repris par RIU Hotels & Resorts, filiale espagnole du voyagiste français TUI. Depuis, le groupe Apavou a inauguré d’un centre commercial à Rose-Belle, le Plaisance Shopping Village qu’il a réalisé au coût de Rs 700 millions à travers Apavou Immobilier.  Il prévoit également de construire une « smart city » à La Joliette, Petite-Rivière au coût de Rs 9,6 milliards.