La Ferme marine de Mahébourg (FMM) cherche à passer à la vitesse supérieure. A travers un projet d’investissement de Rs 230 millions, elle veut faire passer sa production annuelle de poisson de 450 à 3000 tonnes, composées de 2000 tonnes d’ombrines et 1000 tonnes de bar.

Les responsables de la ferme ont rencontré les riverains de l’installation aquacole et les pêcheurs de la région pour leur expliquer leur plan de développement. Celui-ci comprend l’aménagement de trois nouveaux sites en mer pour les cages de poissons ainsi que la construction de bâtiments additionnels pour le stockage des aliments et les déchets issus de la production aquacole. Une écloserie agrandie ainsi qu’un centre de plongée figurent aussi dans le projet de la FMM.

Le but de la rencontre de mardi dernier était de répondre aux éventuelles appréhensions des habitants de la région par rapport à l’agrandissement conséquent des installations aquacoles. Selon les responsables de la FMM, ils ont eu l’occasion d’expliquer à leurs interlocuteurs l’impact réel de l’aquaculture sur l’environnement. Tout en leur fournissant plus de détails sur la nature des aliments donnés aux poissons ainsi que les 250 emplois qui seront créés.

«Nous sommes entièrement satisfaits de cette rencontre, qui a permis aux résidents de poser des questions et nous a aidés à garder cet élan de bon voisinage», affirme Olivier Daguin, consultant auprès de FMM. Malgré cela, des pêcheurs demeurent sceptiques sur l’impact réel de telles installations sur la faune marine. «Nous avons fait venir des experts connus mondialement qui nous ont certifié qu’il n’y a aucun risque pour la faune et la flore», a expliqué à ION News Alexandre Laridon, chargé de communication de la FMM.

Le plan de développement de la ferme aquacole ne sera pas mis en œuvre immédiatement. Car l’entreprise doit encore obtenir son permis Environmental Impact Assesment (EIA) et l’accord formel des autorités pour démarrer ses travaux d’agrandissement.