Elles ne comprennent pas pourquoi le gouvernement n’a pas honoré l’engagement pris le 28 août en faisant passer leur salaire mensuel de Rs 1 500 à Rs 9 000. Comme Reshma et Sylvie, elles sont 629 femmes cleaners travaillant dans les écoles primaires et collèges disposées à travailler à plein temps pour peu que leur salaire soit enfin revu à la hausse. Désespérées et faisant dans certains cas face à de sérieuses difficultés financières, elles en appellent aux ministres.

Reeaz Chuttoo, président de la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP) dénonce le manque de communication du ministère de l’Education au sujet du sort des femmes cleaners. Tout en s’étonnant que les general workers recrutés depuis l’annonce du gouvernement, perçoivent un salaire bien plus élevé.

Faute d’une augmentation de salaires dès fin septembre, la CTSP envisage de réunir les femmes cleaners lors d’une manifestation le 7 octobre. Une grève de la faim pourrait démarrer dans la foulée du rassemblement.