Ceux qui scrutaient les faits et gestes de la présidente de la République et son attitude l’ont senti venir. Dans un communiqué publié sur la page facebook de la State house, elle dit «n’avoir rien à se reprocher et pouvant apporter des preuves corroborantes [sic]» sur l’affaire Platinum Card, Ameenah Gurib-Fakim écarte toute possibilité de démission.

Selon nos recoupements d’information, contrairement à ce qu’avait affirmé le Premier ministre lors d’un point de presse, ce vendredi, Ameenah Gurib-Fakim et Pravind Jugnauth ne s’étaient pas entendus sur la date de la démission de la chef de l’Etat. Le gouvernement avait déployé les grands moyens pour faire plier Ameenah Gurib-Fakim sous la pression et avait semblé être arrivé à ses fins, la semaine dernière.

Avec ce revirement de situation, Pravind Jugnauth a désormais deux options: enclencher les procédures de l’article 30 de la Constitution afin de destituer la présidente. Ou alors amender la Constitution afin de faire partir la locataire du Réduit à travers une nouvelle procédure, assouplie.

 

Communiqué de La Presidence by ION News on Scribd