Alors que les speed cameras seront réactivées ce week-end, la police reste vigilante sur un autre front. Celui de la conduite sous l’influence de l’alcool. Des opérations de dépistage sont régulièrement menées et ce week-end n’y dérogera pas. D’autant que, le chef inspecteur Mohit Ramah de la Traffic Branch, les week-ends de fin de mois sont ceux durant lesquels un plus grand nombre de Mauriciens prennent le volant alors qu’ils ont bu un verre, voire plusieurs.

Ce qui explique les campagnes de sensibilisation régulière menée par la police. Mais aussi les contrôles sur les routes. Ceux qui se déroulent à partir de 4h du matin ciblent en particulier les personnes revenant de night clubs, poursuit Mohit Ramah. Celui-ci note qu’un plus grand nombre d’accidents ont été relevés dans les régions de Grand-Baie et de Flic-en-Flac, particulièrement fréquentés durant les week-ends.

La police s’est donc adressée aux propriétaires de boîtes de nuit. Particulièrement coopératifs pour sensibiliser leur clientèle, ils ont accepté que des panneaux comportant des slogans tels que « Don’t drink and drive » soient affichés dans leurs établissements, dit le chef inspecteur. « Malgré cela, certaines personnes prendront quand même des risques, pour eux-mêmes mais aussi pour les innocents sur les routes », déplore le chef inspecteur.

En moyenne, une trentaine de conducteurs soumis à un éthylotest lors des opérations de contrôle de routine se révèlent positifs, explique le chef inspecteur Ramah. C’est-à-dire que le taux d’alcoolémie est au-dessus de la limite légale de 0,05%. La police préfère toutefois mener campagne de zéro tolérance. Et recommande que ceux qui se retrouvent au volant n’aient pas consommé d’alcool.

Les contrôles sont menés à travers toute l’île à partir de 18h et ce jusqu’à la mi-journée. Des officiers de la Traffic Branch s’y attèlent, mais aussi ceux de chaque Divisional Supporting Unit ou encore de l’Emergency Response Unit.

Photo : Sutterstock via abc7news.com