C’est une «nuance qu’il convient de souligner» pour le Directeur des poursuites publiques. Son poste, rappelle Satyajit Boolell dans sa newsletter hebdomadaire, fait partie de l’exécutif et non du judiciaire. De «l’exécutif non politique», précise-t-il dans son éditorial, comme la Public Services Commission, l’Electoral Supervisory Commission ou encore la Disciplined Forces Service Commission.

A ce titre, aucune de ces institutions indépendantes ne doit rendre des comptes au Parlement, sauf sur les questions budgétaires, explique Satyajit Boolell. Elles doivent, en revanche, répondre au public à travers le système judiciaire et les demandes de révision judiciaire.

A lire la newsletter ici.