Le troisième volet du sondage Afrobarometer étudie le sens d’appartenance des Mauriciens à l’identité nationale et ethnique mais également leur perception des libertés individuelles et politiques.

Près de deux personnes interrogées sur trois (63%) estiment que leur identité de citoyen mauricien est aussi importante que leur ethnicité. Si on y ajoute les 24% de personnes qui s’estiment d’abord citoyens Mauriciens ou qui privilégient leur appartenance à la République à leur ethnicité, ce sont près de neuf Mauriciens sur dix qui disent accorder une importance accrue à l’identité nationale.

Dans les groupes d’âge, ce sont les individus de 26 à 35 ans qui se disent «only or more Mauritian» dans presque un cas sur trois (29%). Ce sont surtout les hommes (28%) qui privilégient l’identité nationale contre 21% des femmes. Toutefois, aucune différence notable ne se dessine entre les régions rurales et urbaines : 23% contre 25% dans cette catégorie.

Le sondage Afrobarometer indique également qu’en dehors des cérémonies régulières, les Mauriciens s’impliquent peu au sein d’organisations religieuses. Ainsi, 76% des personnes sondées disent ne pas participer à des activités religieuses en dehors des célébrations régulières.

Presque la même proportion de Mauriciens (81%) dit ne pas participer aux activités de groupes communautaires au sein de la société civile. Près d’une personne interrogée sur deux précise d’ailleurs ne pas avoir l’intention d’assister à une réunion d’une association communautaire ou militer avec d’autres personnes pour défendre une cause.

L’étude montre également un désintérêt certain pour la politique. Ainsi, moins de deux personnes sur dix (15%) disent avoir assisté à un meeting durant la campagne des législatives de 2014. Moins d’une personne sur dix (8%) déclare avoir milité pour un candidat. Les personnes interrogées se tiennent assez loin des élus. Entre huit à neuf mauriciens sur dix précisent ainsi garder leurs distances des politiques (dépendant s’ils ont élus municipaux, membres de partis politiques ou députés).

Une très grande majorité de Mauriciens, environ sept personnes sur dix, expriment leurs préférences politiques avec précaution. La méfiance semble plus prononcée chez les 18-25 ans, qui font attention dans 76% des cas.

L’opinion de 1200 Mauriciens âgés de plus de 18 ans a été recueillie en octobre 2017 dans le cadre de l’étude Afrabarometer, conduite à Maurice par Straconsult. Le cabinet estime la marge d’erreur à 3% et l’indice de confiance à 95%.

Afrobarometer: Role of citizen: Mauritians value national identity but limit civic engagement by ION News on Scribd