C’est la deuxième fois que la Commission anticorruption se fend d’un communiqué pour déplorer les « commentaires passionnés » dans les médias autour de l’enquête sur Sun Tan Hotels. Rappelant que l’affaire est toujours en Cour (« sub judice »).

L’Independent Commission against Corruption (ICAC) précise ainsi que le contre-affidavit juré le 22 juillet dernier a été « circulé aux partis, mais la Cour n’en prendra connaissance que le 3 août prochain ». Que c’est un « document juridique » dans lequel figurent des détails de l’enquête « afin que la justice puisse se prononcer en toute impartialité ».

Le communiqué précise que selon la section 61(3) de la Prevention of Corruption Act, le comité parlementaire sur la Commission ne peut exercer ses pouvoirs par rapport à une enquête en cours. Mais que par « souci de transparence », Lutchmeeparsad Aujayeb, directeur général de l’institution, « se tient à la disposition du Parliamentary Committee. Cela afin de « dissiper toute mauvaise interprétation ou rumeur sur la manière dont l’enquête a été menée sous sa tutelle ».