Ce sera au tour de la Commission anticorruption de soumettre sa défense dans l’affaire Sun Tan. Appelé en Cour suprême aujourd’hui, le procès a été renvoyé au 14 février.

L’Independent Commission against Corruption (ICAC) a obtenu, ce 10 janvier, les éléments qui lui permettront de préparer sa défense face à Satyajit Boolell. La Commission est notamment représentée par MRobin Mardemootoo.

Ce dernier s’estime lésé dans ses droits constitutionnels suivant l’enquête initiée par l’ICAC sur la compagnie Sun Tan.

Le Directeur des poursuites publiques avait requis et obtenu une injonction contre la police et la Commission anticorruption, en juillet 2015. Celle-ci leur interdit de l’interroger ou de l’arrêter dans le cadre des enquêtes initiées à leur niveau dans l’affaire Sun Tan.

Satyajit Boolell récuse d’ailleurs dans un affidavit les allégations de conflit d’intérêts à son encontre.

Photo d’archives : Satyajit Boolell au sortir de la Cour suprême, en juillet 2015.