Le procès intenté à Pravind Jugnauth pour conflit d’intérêts dans le cadre de la vente de la clinique Medpoint à l’Etat a repris aujourd’hui en cour intermédiaire. Avec pour principal objet la motion de Roshi Badhain pour que les charges contre son client soient rayées.

Me Roshi Bhadain a argué que selon les dispositions de la Public Officers’ Protection Act, l’ICAC ne peut entamer de poursuites contre Pravind Jugnauth au-delà du délai de deux ans prescrit. L’ICAC n’étant pas un « body » contrôlé par l’Etat.

Or, Me Atish Roopchand, représentant de la commission anticorruption, a affirmé que l’ICAC était en droit de poursuivre Pravind Jugnauth car l’ICAC « is a body corporate controlled by the State ». L’avocat a ensuite demandé une pause pour pouvoir prouver ses dires. A la reprise, il a finalement demandé le renvoi du procès à demain, vendredi 31 juillet.