Kusraj Lutchigadoo a décidemment une très bonne étoile. A peine le quartier-général de la police a-t-il appris qu’un de ses deux téléphones portables saisis dans un laboratoire clandestin a été effacé, voilà que des tests supplémentaires devront être effectués sur le kilo présumé de drogue synthétique trouvé sur place. Les examens menés jusqu’à présents ne seraient révélés négatifs et il ne pourra donc être poursuivi pour trafic de drogue.

Le mécanicien de route Bassin, à Quatre-Bornes, avait été arrêté dans la nuit du vendredi 30 mars à l’issue d’une opération de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) au domicile de sa belle-famille, à Sewraj Road, Triolet. Outre un kilo présumé de drogue synthétique, 300 paquets de thé en poudre, des produits chimiques, une somme de Rs 301 700 soupçonnés de provenir du trafic de drogue, Kusraj Lutchigadoo avait été pris avec une BMW M6 valant plusieurs millions de roupies.

Retenant les services des avocats Gavin Glover, Yash Bhadain et Samad Golamaully, Kusraj Lutchigadoo a nié tout lien avec ce laboratoire clandestin. Il a expliqué que le soir de son arrestation, il s’était rendu chez des proches habitant cette région pour récupérer des documents. Il affirme qu’il était alors en route pour une discothèque de Grand-Baie dont il est l’un des salariés. Il a aussi soutenu qu’il se rend rarement à cette adresse où sa belle-famille possède une maison.

Avec ce nouveau développement, Kusraj Lutchigadoo pourrait vite obtenir la liberté conditionnelle, sauf si l’ADSU parvient à démontrer que le kilo de ce qui semblait être de la drogue synthétique n’était qu’un ingrédient utilisé pour sa préparation. Le suspect est déjà sous le coup d’une autre enquête ouverte par le Central Criminal Investigation Department (CCID) pour avoir réussi l’exploit de sortir prendre l’air du centre de détention de Vacoas où il avait été placé en captivité.

Le jeune frère du suspect, Kelvy Lutchigadoo, a, lui, été arrêté en décembre dernier dans l’enquête sur l’importation de 329 grammes de drogue synthétique de France. Il était recherché après avoir pris la fuite lors d’une «controlled delivery» le mois précédent à Réduit. Kevin Chocklingum était venu récupérer le colis et l’a dénoncé comme étant le récipiendaire de cette drogue.