Personne n’est épargné. Le Fact-Finding Committee (FFC) mis sur pied par le board de la Tertiary Education Commission (TEC) sur le D.Y. Patil Medical College (DYPMC) a rendu ses conclusions. Et pointe du doigt les différentes institutions concernées. Ainsi, le comité, institué début 2014 et présidé par l’ex-Chef juge Arriranga Pillay, estime que la TEC, l’université de Technologie de Maurice (UTM), le Medical Council ainsi que le ministère de la Santé n’ont pas fait le suivi nécessaire pour s’assurer que D. Y. Patil Worldwide Ltd se conformait aux accords signés.

En outre, l’UTM, en tant qu’awarding body, aurait dû s’assurer que l’institution de formation médicale se pliait aux recommandations des International Monitoring Committees. De même, il aurait dû s’assurer, chaque année, que le DYPMC prolongeait l’accréditation des  programmes médicaux qu’il propose. Le FFC déplore aussi le fait que depuis l’ouverture de celui-ci en août 2012, il n’y a eu aucun contrôle de qualité, notamment pour ce qui est de la formation clinique.

A l’issue de son enquête, le FFC recommande le remboursement de leurs frais aux 18 étudiants postgraduate de la cuvée d’août 2013. Cela parce qu’ils n’avaient pas été informés, avant leur inscription, de l’amendement apporté à la Medical Council Act par rapport à l’enregistrement comme médecin.

D. Y. Patil Worldwide Ltd devrait aussi respecter l’une des clauses du Memorandum of Understanding signé par l’UTM et le ministère de la Santé. Celle-ci concerne l’achat d’un terrain pour y construire un campus dédié à l’institution médicale.

En revanche, le collège médical ne pourra pas accepter d’étudiants pour des cycles postgraduate tant qu’il ne satisfait pas les critères du Clinical Training Framework Agreement. Les étudiants doivent notamment être enregistrés auprès du Medical Council et avoir un an d’expérience post-internat.

La TEC doit, pour sa part, s’assurer que l’institution médicale respecte les différents accords qui la lient aux autorités concernées. Et prendre les mesures nécessaires en cas de non-respect.

Plus généralement, le FFC recommande la mise sur pied d’un comité chargée de revoir la formation médicale dispensée ainsi que de proposer une politique cohérente et de s’assurer de la qualité des formations pré- ou postdoctorales dans ce secteur.

Par ailleurs, les institutions médicales dont les awarding bodies ne sont pas reconnues par le Medical Council ne seront pas autorisées à recruter des élèves en première année de MBBS. Et ce jusqu’à nouvel ordre.

Un comité interministériel sera mis sur pied pour se pencher sur les cas des étudiants mauriciens enregistrés auprès du Anna Medical College et du DYPMC.

C’est à la suite de dénonciations effectuées par des ex-étudiants de DYPMC dénonçant des irrégularités qu’une série d’enquêtes a été déclenchées, l’année dernière sur cette institution.