En début de mois, l’Association des Consommateurs de l’Ile Maurice avait prévenu que faute d’explications satisfaisantes sur la hausse récente du prix du poulet, elle allait demander le boycott de certains producteurs. Ce vendredi, l’association est passé à l’acte en demandant aux consommateurs de bouder les poulets produits par l’entreprise Avipro. Pour Jayen Chellum, la hausse de prix n’est pas justifiée dans la mesure où les coûts de production n’ont pas augmenté.

L’ACIM dit également recourir au boycott face à l’inaction du ministère du commerce, à qui l’association avait demandé de geler l’augmentation de ce produit de grande consommation. N’ayant pas obtenu satisfaction auprès du ministre Ashit Gungah, c’est vers le ministère de l’agroalimentaire que se tourne désormais l’ACIM. Le secrétaire général de l’association explique qu’une demande sera adressée au ministre Mahen Seeruttun afin de permettre à des entrepreneurs locaux d’importer du poulet. Ce qui conduira, selon Chellum, à une baisse dans le prix de vente de cette denrée.

Ce vendredi après-midi, Avipro a émis un communiqué pour expliquer sa décision. Si l’entreprise concède que le prix des matières premières a baissé depuis janvier 2015, elle précise que les coûts avaient connu une « hausse constante » de juillet à décembre 2014. Mais avec l’appréciation du dollar depuis ces derniers mois, Avipro affirme que « le prix de l’aliment a connu une hausse de 5,5% sur l’année juillet 2014-juin 2015 ». C’est ce qui explique, selon l’entreprise, la hausse de 4,5% du prix du poulet Chantecler à partir de juillet.