Le Chief Engineer Gaya, de la Corporation nationale de transport l’affirme : Deepchand Gunness aurait pu empêcher l’accident survenu à Sorèze en mai dernier. S’il avait utilisé le frein à main. Le témoin déposait en cour de district de Port-Louis, aujourd’hui, dans le cadre de l’enquête judiciaire ouverte pour faire la lumière sur l’accident de Sorèze, en mai 2013. De plus, le chauffeur aurait pu, selon le Chief Engineer, noté toute baisse dans la pression au niveau des freins grâce à l’indicateur fixé sur le tableau de bord.

Gaya affirme que, selon ses observations sur l’autobus Blueline accidenté, Gunness n’a pas fait usage du frein à main. Il soutient également que le chauffeur décédé a menti dans le rapport qu’il a soumis en décembre 2012 faisant état de problèmes au niveau du système de freinage. S’appuyant sur ses propres observations concernant cet incident, le Chief Engineer Gaya a affirmé en cour : « He is a liar. »