Jute, coton, lin jean, papier recyclé… Ce sont là les matières qui pourraient être utilisées pour remplacer les sacs plastiques, qui seront interdits dès le 1er janvier 2016. Le plastique d’emballage n’est pas concerné par cette mesure. C’est ce qu’a fait ressortir le ministre de l’Environnement Raj Dayal, au Parlement ce mardi 7 avril, en réponse au député Adil Ameer Meea. Le ministre de l’Environnement a rappelé que la lutte contre les sacs plastiques date de 2002 mais souligne que les différentes mesures ont été infructueuses par manque de plans concrets. Et qu’environ 300 millions de sacs de ce type sont en circulation annuellement.

Adil Ameer Meea s’est cependant inquiété des conséquences de cette interdiction sur l’emploi. Car des 25 usines qui fabriquent du plastique localement, a précisé le député mauve, une dizaine devront fermer boutique. Raj Dayal a précisé que « l’entrepreneuriat s’est élargi » et que ce secteur particulier comprend 280 postes et que les opérateurs du secteur devront s’adapter. Le ministre de l’Environnement de mentionner qu’il a reçu, lundi 6 avril, trois fabricants, pour justement discuter de ce point. Il a également indiqué qu’en 2009, le gouvernement avait commandité une étude sur la réingénierie du plastique, mais que les entreprises n’ont pas mis en place ce projet.

Certes, la réingénierie prendra du temps, reconnaît Dayal, mais cela demeure possible. Il faudra aussi sensibiliser le public. Le député MMM Rajesh Bhagwan a, lui, suggéré d’investir dans la fabrication de sacs en toile et d’en distribuer aux écoliers et aux démunis.

Photo : AFP/Jean-Philippe Ksiazek via Lepoint.fr