Branchages, armatures de lit, matelas, sacs poubelles et autres déchets s’entassent en un amas informe à côté de flaques d’eau stagnante. Des bouteilles en plastique et des cartons jonchent le sol boueux devant une espèce de hangar. A l’intérieur de cet abri recouvert de tôle, d’autres sacs poubelles et des ordures. Ces photos datent de ce dimanche 28 février, vers la mi-journée. Nous ne sommes pas là dans une décharge mais bien dans l’enceinte de l’hôpital Victoria, à Candos, dans l’arrière-cour qui sert aussi de parking.

Cet espace, apprend-on du ministère de la Santé, est réservé à l’entreposage des déchets non médicaux. En attendant que le service de voirie municipal les récupère à raison d’une fois par jour. Le parking sert aussi bien au personnel de l’hôpital qu’aux membres du public.

Dechets Hopital Victoria 28 fev 2016 (3)

Outre l’odeur nauséabonde qui s’en dégage et incommode fortement ceux dans les environs, l’accumulation des déchets pose de « véritables risques pour la santé », souligne une source à l’hôpital. Encore plus à cet endroit, poursuit-elle, car à moins de 20 mètres se trouve la cuisine de l’établissement de santé ; « juste à côté », il y a la salle A8, où sont admis les patients qui viennent d’être opérés ; et que la saison des moustiques – vecteurs de maladies comme le chikungunya et la dengue – bat son plein. Et selon nos recoupements, un service funéraire privé s’est débarrassé de ses déchets au dépôt de l’hôpital en fin de semaine dernière. Or, cela n’est pas autorisé.

Pourquoi les ordures s’entassent ? A cause du service de voirie qui est irrégulier depuis les fortes pluies de ces dernières semaines, indique-t-on du côté du ministère de la Santé, alors que le ramassage est censé se faire au quotidien. Et comme le volume d’ordures augmente à mesure que les jours passent, explique notre interlocuteur, l’unique camion-poubelle qui passe en matinée ne suffit pas pour tout récupérer.

ordures Hopital Victoria 28 fev 2016

Au ministère de la Santé, on concède que cet environnement insalubre n’est bon ni pour les patients, ni pour le personnel, encore moins pour l’image de l’hôpital Victoria. La direction de cet établissement, assure-t-on cependant, prend les mesures qui s’imposent. Elle a ainsi fait une requête auprès de la municipalité pour que des dispositions soient prises pour la collecte de tous ces déchets. Et qu’il n’y ait pas d’accumulations d’eau, comme cela a été le cas ces dernières semaines en raison de la « topographie du terrain ».

Notre source à l’hôpital précise, pour sa part, que les problèmes d’accumulation d’eau ne sont pas récents. Que des gravillons avaient été répandus au sol pour gérer cela mais que cela a visiblement empiré depuis les dernières fortes averses.