Un cadre exceptionnel, la Maison de la Gaieté (entre Queen Victoria et Flacq) pour accueillir le club Salin à l’île Maurice. C’est autour de Frédéric Salin, PDG de la société Salin de Bordeaux, que se sont rassemblés des viticulteurs bordelais.

Maurice les accueille depuis quatre ans grâce à Scott Consumer et son Executive Director Anthony Coombes, et à l’initiative de l’Association des sommeliers de l’île Maurice (ASIM) et de son président Jérome Faure. La société Scott œuvre pour professionnaliser la sommellerie. Il est vrai que grâce à des passionnés comme Jérome Faure, celle-ci acquiert ses lettres de noblesse à Maurice.

Mais pour en arriver là, il est nécessaire de former les sommeliers mauriciens. Rien de tel pour cela que la rencontre avec des vignerons, ces hommes et femmes qui toute l’année soignent les vignes, assemblent les cépages pour créer ces breuvages qui, par leur accord avec les plats, donnent à la gastronomie une saveur d’excellence.

Les sommeliers qui participent à cette formation plongent dans le monde du viticulteur, dans sa tradition et comprennent que derrière chaque bouteille, il y a une histoire, celle d’un homme, d’une famille, d’un cépage, d’une terre.

L’âme du vin leur est expliquée à travers un rapport humain, la passion partagée.

La finalité, c’est proposer au client le vin adéquat, celui qui charmera son palais, et le seul interlocuteur est le sommelier. C’est donc à lui que revient la mission d’être l’intermédiaire entre le vigneron et le client final, celui qu’il ne faut pas décevoir et à qui il est nécessaire de raconter l’histoire du breuvage qu’il va déguster.

Liinaa Berry, sommelière mauricienne au Blue Penny (Constance), est revenue vivre à Maurice après neuf ans d’absence. Elle se dit ravie de constater que la sommellerie a atteint un très bon niveau grâce aux chefs sommeliers français, à Jérome Faure qui partage sa passion avec de nombreuses initiatives. Aujourd’hui, elle est sous le charme.

Apprendre grâce à ces vignerons qui viennent partager leurs connaissances, leur culture du vin, voyager rien qu’en les écoutant et découvrir leurs châteaux dans le Bordelais, ceux qui sont représentés sur les étiquettes des bouteilles, comprendre que c’est leur vie, leur destin de génération en génération, donne une valeur particulière à la dégustation. Pour Liinaa Berry, le sommelier mauricien n’a pas d’attachement émotionnel à un terroir français, il est neutre, donc plus critique et objectif.

Des châteaux prestigieux rassemblés par le club Salin – Dassault, de Fieuzal, Lafon Rochet, Labégorce, Fleur Cardinale, Malescot, Sociando-Mallet, Malartic – vous entraînent  de Léognan à St Estèphe, de Margaux à St Emilion en passant par le Médoc.

Une initiative à saluer puisque l’objectif est une connaissance meilleure des produits pour la satisfaction du client.