La situation a duré pendant plusieurs années. Certaines d’entre elles touchant seulement Rs 1 500 pour des travaux de nettoyage dans les écoles primaires. Pour Vishnu Lutchmeenaraidoo, leur situation était clairement « illégale », car en infraction avec les conditions de travail de personnes employées à plein temps.

C’est en consultation avec le ministère du Travail que le ministre des Finances a donc fait avaliser une revalorisation salariale des 326 femmes en situation d’emploi précaire. Leurs salaires de Rs 8 500 seront financés par la State Land Development Company qui dépend du ministère des Finances.

A la Confédération des travailleurs du secteur privé, qui a mené un long combat en faveur de ces 326 femmes, la satisfaction est de mise. Toutefois, Jane Ragoo, présidente du syndicat, estime que d’autres situations de ce genre existent dans le pays. Elle enjoint donc le gouvernement à travailler en collaboration avec le mouvement syndical afin de faire cesser ce type d’injustices.