Note de la rédaction: Pravind Jugnauth a catégoriquement nié la tenue de cette réunion, lors d’une déclaration de presse, le 20 août. [Voir la vidéo ici]

 

La nouvelle de la réunion au sommet a vite été ébruitée. Sir Anerood Jugnauth, Pravind Jugnauth ainsi que quelques cadres du MSM se sont rencontrés à la résidence du Premier ministre, tard dans la nuit de ce jeudi 19 août. Si le cas Trilochun a été débattu, c’est surtout le sort de Roshi Bhadain qui a été l’objet de discussions animées.

La décision du ministre de la Bonne gouvernance de porter plainte au Central Criminal Investigation Department contre Gérard Sanspeur pour complot, ce jeudi, n’a pas été vu d’un bon œil au ministère des Finances et au sein du MSM. Si certains ont prôné un rappel à l’ordre immédiat, d’autres ont estimé que celui-ci devrait soumettre sa démission. Les plus extrémistes allant jusqu’à suggérer que le Premier ministre le démette de ses fonctions avant la réunion du conseil des ministres de ce vendredi.

Ces différentes options ont été évoquées lors de la réunion de la Caverne. Mais même si l’éjection de Roshi Bhadain a été suggérée, Sir Anerood Jugnauth a calmé le jeu par rapport au sort du ministre. Les deux hommes devraient avoir un tête à tête ce vendredi avant la réunion du conseil des ministres. Bhadain sera appelé a justifier sa décision de porter plainte contre Sanspeur et expliquer pourquoi il n’a pas jugé utile d’informer le leader du MSM de sa démarche.

Dans l’entourage de Bhadain, on évoque la détermination du ministre à poursuivre sa déposition à la police dans les jours à venir. Ce jeudi, il a déjà passé 5 heures à décrire le « complot » que Gérard Sanspeur aurait, selon lui, ourdi en vue de nuire à sa réputation et jeter le doute sur son action au ministère de la Bonne gouvernance.

Bhadain a décidé de porter plainte après la publication, dans l’express de ce jeudi, d’un article critiquant une nouvelle fois le projet Heritage City. Alors que celui-ci a été enterré il y a deux semaines. Bhadain dit soupçonner Sanspeur d’être à l’origine de la fuite de documents parus dans la presse dans les jours suivant le discours de Pravind Jugnauth.